26/09

Colloque régional ouvert à tous le mercredi 14 novembre 2012 à Nanterre

Ouvert à tous (*), le colloque sur le thème “Accès aux soins, lutte contre les inégalités dans le cadre d’une nouvelle politique de santé…” aura lieu mercredi 14 novembre 2012 de 15h15 à 19h à l’Université de Nanterre (200 avenue de la République, Nanterre) Amphi, Henri LEFEBVRE, Bt. B

15h30 – 16h30 : Accès aux soins, inégalités, expérimentations…

Courtes communications suivies de débats, principaux focus :

  • Accès et accessibilité aux soins : l’adéquation entre l’offre et les besoins de santé (Gérard Salem, LEST-UPO)
  • Restructurations de l’offre et évolutions des distances d’accès aux soins (Véronique Lucas, IRDES)
  • Les déterminants sociaux et territoriaux de l’accès aux soins et à la prévention : l’exemple du cancer (Stéphane Rican, LEST-UPO) ; (Philippe Amiel, Institut Gustave Roussy)
  • L’accessibilité aux services des personnes âgées (Brigitte Nader, Université Paris Est-Créteil)
  • La place des diagnostics territoriaux dans la réduction des inégalités de santé (Zoé Vaillant; LEST-UPO)

16h30 – 17h15 : Questions et expressions du public

17h30–19h : Comment remédier à la situation actuelle ? Quelle nouvelle politique de santé ?

Table ronde avec :

Brigitte DORMONT, économiste, chaire santé de l’Université Paris-Dauphine / Laurent EL GHOZI, médecin hospitalier, responsable de l’association Elus, Santé Publique et Territoire (ESPT) / Albin FAURE, étudiant, Bureau national de La Mutuelle Des Etudiants / Martine LALANDE, médecin généraliste, réseau ARèS92, rédactrice de Pratiques (SMG) / Frédéric PIERRU, sociologue, CNRS, Université de Picardie / Gérard SALEM, Pr. de géographie, directeur du Laboratoire Espace Santé et Territoires (LEST) Université Paris Ouest / Pierre VOLOVITCH, économiste, Observatoire de l’Environnement Mutualiste / participation de Michel ROUSSEAU, vice président national de la MGEN et de Christophe LAFOND, en charge de la politique de santé au Bureau national MGEN

Débats animés par David BELLIARD de la revue Alternatives Economiques


(*) Fléchage amphi à partir de l’entrée de l’Université (RER Nanterre-Université)

Entrée gratuite mais sur réservation. POUR S’INSCRIRE : en ligne sur www.mgen-masanteetmoi.fr/agenda/

Pour en savoir plus sur les évolutions du programme, des participations et partenariats de ce Colloque, conçu par la MGEN avec le Laboratoire Espace, Santé, Territoires de l’Université : www.mgen.fr/index.php?id=374&cs=092,

Partenariats et soutiens :

 Tags : , , , , , ,

Contribuez à la réflexion

Le champ nom, prénom est obligatoire
Le champ commentaire est obligatoire
Le champ e-mail est obligatoire
E-mail non valide
* Champs obligatoires

14 réactions

  1. Muhammet

    That’s what we’ve all been waiting for! Great poingts!

  2. Adrien, MGEN

    Bonjour Kévin, nous faisons chaque année une enquête auprès d’un échantillon d’un millier d’adhérents, et les résultats sont à l’amélioration, en particulier dans la rapidité et la qualité de réponse aux adhérents, mais aussi au niveau des remboursements en dentaire et en optique, particulièrement appréciés dans les réseaux conventionnés.
    Les cotisations MGEN s’échelonnent entre 27,50 € et 128 € pour un adhérent en 2012 (inchangé en 2013). 90 € correspondent à une personne de plus de 30 ans qui gagne 3030 € bruts : je ne sais pas si « on y arrive vite », comme vous dites, mais sachez que moins de 10% de la population française gagne plus (source Insee). C’est aussi le salaire brut d’un professeur d’école au 11ème et dernier échelon…
    Quant à des médecins qui prennent en pitié des adhérents, de quoi parlez-vous ? Ceux qui sont en secteur 1 (honoraires conventionnés) sont entièrement pris en charge, en dehors de la franchise de 1 euro. Donc si vous parlez de ceux qui pratiquent des dépassements d’honoraires, une grande partie de la discussion ci-dessus contient déjà beaucoup d’arguments au sujet des dépassements d’honoraires et du conventionnement. Je vous propose donc de les découvrir.
    Au sujet du « maigre » argument sur les compléments de revenus, il est risqué de ne pas se protéger, à part imaginer ne jamais être gravement malade de sa vie. Heureusement, beaucoup de gens y arrivent, mais la solidarité, c’est envers ceux qui sont touchés. Et si vous aviez pris comme vous le conseillez une assurance pour cela ailleurs, vous ne diriez pas que la MGEN est chère. Néanmoins, cela ne veut pas dire que les cotisations sont indolores ! Elles ont augmenté plus vite que nos salaires ces dernières années, et si c’est ce que vous vouliez dire, je vous rejoins. Et parmi ceux qui ne nous rejoignent pas ou nous quittent, une grande partie prennent une couverture moins globale (Autrement dit, il renoncent souvent à la prévoyance) pour faire baisser le montant des cotisations. Souvent ils rejoignent aussi un contrat groupe de leur conjoint, dont l’employeur prend en charge une grosse partie de la dépense, défiscalisée,…jusqu’au départ de l’entreprise ou lors du départ à la retraite. De plus, là encore, les contrats groupe des conjoints ne prennent généralement pas en charge la perte de revenus.

  3. Jean-Luc PLAVIS

    L’initiative est intéressante. Un regret, l’absence finalement de la parole de l’usager ou en tout cas de ses représentants dans ce colloque. Curieux de “débattre” et vouloir construire une nouvelle politique de santé sans prendre en compte la voix des usagers. Ce n’est pas une nouvelle politique qu’il nous faut, c’est un changement de paradigme de la santé. I nous faudrait une politique de “vie” (parcours de soins, de santé, de vie tenant compte des aspects sociaux et environnementaux). Une “ouverture” des mutuelles serait un plus, MGEM compris, plus à l’écoute de celles et ceux qui sont au contact des malades, et bien au delà des usagers du système de santé. Les commentaires de Philippe, Parici, Véronique et Albert démontrent le fossé qui se creuse entre les mutuelles en général et leurs adhérents. L’augmentation des cotisations, les inégalités des cotisations sans lien avec les revenus des adhérents deviennent pour beaucoup insupportables !
    Oui, ce colloque aurait pu être utile… Mais par expérience, malgré l’existence de tous ces diagnostics, ces réseaux de santé, réseaux d’oncologie, MAIA pour les malades Alzheimer, les CLIC pour les personnes âgées… et autres organismes existants, il serait surtout utile de mutualiser les moyens, réduire les coûts en doublons et favoriser la participation des usagers, de leurs représentants associatifs dans la réflexion.
    L’expression “ouvert à tous” me semble inadapté. Dommage.

  4. Kevin

    “la MGEN est, au contraire de ce qui est dit péremptoirement, l’une des complémentaires santé les plus performantes en termes de rapport prestations/cotisations”

    J’espère franchement que vous ne croyez pas ce que vous dites. Ce n’est pas possible de dire ça en toute honnêteté, à moins d’être très mal renseigné ce qui ne devrait pas être votre cas.

    Allez par exemple faire un tour sur les forum dédiés à ce sujet et vous pourrez y mesurer la température: la MGEN est l’une des mutuelle les plus critiquées par les internautes quant à ses remboursements… Ou bien encore interrogez les enseignants toujours plus nombreux à choisir de cotiser ailleurs (mutuelle du conjoint, MMA etc etc).
    Une idée ! Faites passer à vos adhérents un questionnaire de satisfaction.

    Comme le dit Phillipe la MGEN est une mutuelle qui coûte très cher pour ce qu’elle rembourse, c’est incontestable. Et cela ne s’améliore pas avec le temps car la cotisation est indexée sur le salaire brut (primes et indemnités en sus). Vous arrivez très vite à des cotisations dépassant les 90 euros / mois. Mais enfin si l’on était bien remboursé au moins ! Sauf que ce n’est pas le cas, mais alors pas du tout ! La moindre visite vers un spécialiste vous coûte le prix du dépassement.
    J’ai même connu des médecins prendre en pitié des patients MGEN et accepter d’abaisser quelque peu le prix de leur consultation ou de leur intervention sachant à quel point ils seront maigrement remboursés ! C’est dire à quel point tout cela se sait !
    Son seul, unique et maigre argument est son “assurance” en cas de maladie dépassant les 3 mois d’arrêt.
    Sauf qu’elle n’est pas la seule à proposer ce genre de produit et qu’au finale la MGEN le facture très cher.

    Bref ! Peu importe, tout ceci ne me concerne plus désormais, je suis allé voir ailleurs. Mais si vous continuez à vous voiler la face ainsi vous finirez à faire votre colloque dans une cabine téléphonique avec vos derniers adhérents.

  5. Adrien, MGEN

    Pour répondre à Véronique, je rappelle qu’une mutuelle sert à mettre en commun des moyens (cotisations), pour garantir le plus possible d’interventions en faveur de la santé des adhérents qui se sont ainsi mis ensemble solidairement.
    Le point de vue légitime des professionnels de santé est, lui, d’obtenir juste rémunération de leur qualification, de leur technicité, et de leur dévouement. Chaque catégorie de praticien défend ainsi la reconnaissance de son activité, de sa liberté d’exercice mais aussi tarifaire. Du coup ils peuvent parfois n’envisager les mutuelles que dans un rôle de solvabilisation de la dépense nécessaire des patients.
    Ainsi, ce qui fait débat lorsqu’on aborde le conventionnement, c’est que les mutuelles ont la volonté de minimiser les « reste à charge » globaux de leurs adhérents en veillant à ne pas allouer plus de moyens à certaines prestations au détriment d’autres, alors que les professionnels de santé visent à assurer la meilleure reconnaissance de leur travail et la prise en compte de leurs charges, ce qui n’est pas critiquable en soi.
    Du point de vue du patient, la position est complexe, avec d’un côté une relation de confiance qui s’instaure avec un professionnel par l’aspect médical et relationnel, et d’un autre le devoir de régler une prestation, qu’on souhaite « bonne » pour un professionnel qui nous soigne « bien ». Pour la relation financière, le patient fait aussi souvent confiance d’abord au professionnel avec qui il est en contact direct, et se tourne vers ceux qui payent pour son compte (la sécu et la mutuelle) pour « assurer ». Mais pour autant il ne veut pas forcément payer chaque année plus de cotisations pour cela.
    Le fait que vous souhaitiez la même prise en charge pour le même médecin où qu’il travaille se comprend. Malheureusement, le fait qu’il vous fasse venir dans un établissement avec lequel nous n’avons pas réussi à obtenir une convention qui garantisse un reste à charge (payé par vous) et un financement négociés, c’est-à-dire accepté des deux parties (payé par la mutuelle avec vos cotisations) change la donne.
    Vous avez fait un choix compréhensible au niveau de l’individu, mais si nous acceptons systématiquement de rembourser plus les praticiens ou les établissements qui coûtent plus à la mutuelle et à ses adhérents et de rembourser moins ceux qui sont plus modérés, nous encourageons l’inflation tarifaire, avec un reste à charge qui ne diminue jamais et des cotisations qui doivent s’ajuster pour répondre à cette demande plus forte de solvabilisation de ce que la sécu ne prend pas en charge.
    Voilà : le choix macro-économique de la mutuelle est donc de savoir si on paye de plus en plus en laissant la décision du prix aux seuls professionnels, ce qu’il faut ensuite financer avec des cotisations, ou s’il faut chercher des accords conventionnels acceptables par tous les partenaires.
    La pression de plus en plus forte des adhérents actuels et potentiels quant au prix de leur mutuelle, que vous évoquez d’ailleurs en vous demandant si les autres n’ont pas raison de chercher moins cher ailleurs, montre qu’en réalité nous n’avons pas vraiment le choix, sauf à stopper ou réduire certaines prestations au détriment des plus inflationnistes…
    C’est donc dans la négociation équitable des conventions qu’il nous revient de démontrer le respect des uns et des autres.

  6. Raisner Albert

    Ce n’est pas sur le forum mgen qu’il faut essayer d’infléchir une politique
    Note du modérateur:
    l’adresse Internet que vous avez fournie est invalide. Merci de nous fournir une adresse valide afin de pouvoir participer à cette discussion. Merci de votre compréhension.
    Thomas, modérateur

  7. Garrigou Véronique

    J’ai lu ces documents. Je comprends votre “politique”. Il reste que je trouve anormal d’être moins bien remboursée que d’autres patients parce que j’ai suivi mon gastro entérologue lors de son déménagement dans un établissement qui n’est pas “conventionné MGEN”; je n’y suis pour rien si les anesthésistes de cet établissement pratiquent des dépassements d’honoraires ( Pourquoi ne peut-on plutôt pas limiter TOUS les spécialistes par une loi en matière de dépassements?? ); je ne trouve pas normal de devoir changer de dentiste parce que le mien, qui me donne entière satisfaction, en a assez de la paperasse MGEN ( aucune autre mutuelle ne lui en demande autant paraît-il…) ou d’opticien, qui n’est pas agréé non plus et qui est pourtant un excellent opticien qui suit mon dossier depuis plusieurs années; je ne comprends pas pourquoi l’hôpital de l’Estuaire au Havre n’est pas conventionné alors que la clinque des Ormeaux l’est paraît-il, les deux établissements employant des spécialistes qui pratiquent de la même façon des dépassements d’honoraires. Etc…En matière de santé, le rapport humain entre le médecin et le malade est très important, on ne va pas changer de praticien parce qu’il n’est pas conventionné et prendre un inconnu. Du moins quand on a la chance de pouvoir payer ce qui restera mal remboursé. Les autres n’auront pas le choix, ce n’est pas juste.A mon “époque”, le choix de la mgen pour un enseignant ne se posait même pas. On “était” à la mgen et c’est tout. Maintenant je sais que de jeunes collègues font d’autres choix, moins onéreux apparemment. Des collègues autour de moi utilisent la mutuelle professionnelle de leur mari pour être mieux remboursés des frais de dents ou de lunettes, ça pose question, non? ( même évolution avec la maif d’ailleurs ) Personnellement, je suis une “fidèle” et j’assumerai les inégalités de remboursement qui me seront imposées selon mes choix de praticien. Mais je ne trouve pas ça juste étant donné que nous payons tous les mêmes cotisations. Il n’y a pas ce genre de problème avec les autres mutuelles, alors comment font-elles?? V.Garrigou

  8. Alexandre, Mgen

    Bonjour,
    Pourquoi des conventions? Pourquoi des tarifs diférenciés? Pourquoi risquer l’incompréhension et le mécontentement de nos adhérents en augmentant les remboursements sous conditions?
    Tous les détails, toutes les réponses dans les focus suivants :
    http://www.mgen-masanteetmoi.fr/pourquoi-le-conventionnement-en-quoi-est-il-utile/
    http://www.mgen-masanteetmoi.fr/le-conventionnement-en-questions/
    http://www.mgen-masanteetmoi.fr/quelques-nouveaux-elements-sur-le-conventionnement/

  9. Garrigou Véronique

    Merci de votre réponse mais je crois que je n’aurai jamais l’énergie de me lancer dans des poursuites judiciaires…Par contre, je ne les lâche pas par mail et par courrier, même si ça ne change rien à mes remboursements. Au moins doivent-ils savoir que leurs mutualistes ne sont pas d’accord avec ces histoires de conventionnement et de remboursements à la tête du médecin ou de l’établissement. V.Garrigou

  10. Parici

    @ Garrigou Véronique
    vous êtes en plein dans le cas ou la mgen est hors la loi ( art L112-1 du code de la mutualité)

    la solution , ahurissante pour un mutualiste, est d’attaquer notre mutuelle devant le juge de proximité !!
    A ce sujet la Mgen aura bientôt un retour de ses pourvois en cassation concernant ses condamnations suite au non respect de l’article L112-1 du code de la mutualité . La position de la cour de cassation sera intéréssante !!

  11. Garrigou Véronique

    Il y a de nomreuses années le conventionnement mgen nous a déjà coûté beaucoup d’argent lors des soins d’orthodontie de nos deux filles: Nous avions choisi le dentiste en fonction de sa compétence reconnue et de sa gentillesse avec les enfants. Le praticien conventionné à l’époque avait mauvaise réputation. Aujourd’hui, nouveau problème, je suis mon gastro entérologue de la clinique François 1er qui disparaît, à l’hôpital de l’Estuaire, au Havre, ( je ne vais quand même pas changer de médecin quand celui-ci me donne entière satisfaction…) et là j’apprends que ce nouvel établissement n’est pas conventionné avec la mgen et que je paierai donc les éventuels dépassements d’honoraires…Comme si c’était de ma faute ! Où est la liberté de choix du médecin? Où est la logique du parcours de soins coordonnés? Où est l’équité entre adhérents à la mgen et payant tous les mêmes cotisations?
    V.Garrigou

  12. Parici

    vous dites:”contribuant à plus d’égalité dans l’accès de tous à des soins de qualité sans reste à charge…” sauf pour le dentaire si vous n’allez pas chez des praticiens ayant signé le protocole avec la Mgen et que vous subissiez des remboursements différenciés de manière illégale d’ailleurs condamné par les tribunaux!!
    et aussi :”pour une cotisation au même taux pour tous,” c’est faux les retraités n’ont pas lle même taux de cotisation !!!
    Je suis assez d’accord avec Philippe une nouvelle grand messe qui fait plaisir à certains!! et qui ne sert pas à grand chose!!

  13. LAVILLE Philippe

    Curieux commentaire anonyme visant à discréditer l’initiative publique du 14/11 !
    3 erreurs majeures méritent une mise au point :
    Ø Il n’a jamais été autant question des inégalités d’accès aux soins dans l’actualité médiatique et au sein de la population, en particulier avec les dépassements d’honoraires qui n’ont cessé de s’accroître et concernent maintenant la moitié des médecins spécialistes avec une progression du nombre de français déclarant avoir renoncé à des soins pour des raisons financières (16% de la population adulte, 34% des étudiants !); depuis déjà plusieurs années, il ne se passe pas de semaines sans que des mutualistes nous alertent sur l’impossibilité de trouver un médecin conventionné en secteur 1 (remboursement à 70% par Sécurité Sociale et 30% par mutuelles) pour de nombreuses spécialités dans leur ville, voire dans une partie du département des Hauts-de-Seine. Tout aussi grave sont les inégalités géographiques avec les déserts médicaux engendrés notamment par la politique de fermeture d’établissements hospitaliers du précédent gouvernement, avec un nouveau drame en résultant cette semaine dans la région de Cahors ! Notre détracteur prétend que personne est concerné ce qui explique sans doute qu’il y ait déjà près de 300 inscrits à notre Colloque…
    Ø Ce Colloque a été conçu avec un laboratoire de recherches universitaire et dans ce type de rencontres, qui ne relève pas du “marché” (terme concernant plus les assurances que les mutuelles qui ont la particularité d’être sans but lucratif, de ne pas avoir d’actionnaires à rémunérer, et de ne pas faire du “dumping” comme les groupes financiers qui font de l’assurance santé à bas prix pour mieux placer d’autres produits à leurs clients !) les chercheurs, spécialistes et praticiens invités ne sont pas rémunérés. C’est une manière pour eux de faire connaître leurs travaux à un large public, au-delà de cercles d’experts, et, pour la MGEN, un moyen d’y contribuer en enrichissant sa réflexion de telles études et échanges d’idées pour proposer des améliorations dans le domaine de la santé et défendre des propositions pour pérenniser et rendre plus justes les financements de la protection sociale solidaire – Sécurité Sociale et vraies Mutuelles (ne pas oublier que les nouvelles taxes décidées par le précédent gouvernement en 2010 et 2011, et l’évolution fiscale assimilant les mutuelles aux assurances commerciales, ont contraint les mutuelles à augmenter le montant des cotisations; dispositions contre lesquelles la pétition de la Mutualité française a recueilli plus d’un million de signatures !).
    Ø la MGEN est, au contraire de ce qui est dit péremptoirement, l’une des complémentaires santé les plus performantes en termes de rapport prestations/cotisations puisqu’il dépasse 90%, avec une couverture globale sans équivalent incluant aussi la prévoyance avec notamment une prise en charge de handicaps temporaires, de pertes de salaire… pour une cotisation au même taux pour tous, et donc strictement proportionnelle aux revenus ! Mais la MGEN n’est pas seulement une complémentaire santé effectuant des remboursements, c’est aussi un acteur de santé à part entière avec des établissements sanitaires et sociaux participant au service public, innovants, et contribuant à plus d’égalité dans l’accès de tous à des soins de qualité sans reste à charge…
    Philippe Laville
    élu mutualiste (totalement bénévole)
    coordonnateur de l’organisation du Colloque du 14/11

  14. Philippe

    Ce qui qui plairait surtout aux adhérents MGEN c’est d’être mieux remboursé de leurs frais médicaux plutôt que de payer pour des grands pontes venus pour un colloque dont tout le monde de fiche. La MGEN est sans doute l’une des mutuelles dont le rapport prix / remboursement est le plus médiocre du marché.